Attestation de domicile

Saisir le tribunal de proximité (ex-tribunal d’instance)

Annulation de l’obligation de conciliation – 17 novembre 2022

Dans un arrêt du 22 septembre 2022, le Conseil d’état a annulé l’article 750-1 du code de procédure civile qui instaure l’obligation de conciliation et de médiation préalable au litige.

Le tribunal de proximité dépend du tribunal judiciaire. Il est situé dans une autre ville que celle où siège le tribunal judiciaire. Comme le tribunal judiciaire, le tribunal de proximité peut être compétent pour juger les litiges dont le montant n’excède pas 10 000 € . Avant le procès, un règlement amiable du litige doit être tenté. Le tribunal est saisi soit par requête, soit par assignation.

    Le tribunal de proximité est compétent pour les affaires civiles qui ne sont pas confiées à un juge ou à une juridiction spécialisés.

    Une affaire civile peut concerner un litige entre particuliers.

    Exemple

    Un particulier achète un objet à 500 € mis en vente sur internet par un autre particulier. L’acheteur adresse son paiement au vendeur. Le vendeur n’envoie pas l’objet à l’acheteur. L’acheteur peut alors saisir le tribunal pour faire condamner le vendeur à lui rembourser 500 € .

    Une affaire civile peut aussi opposer un particulier à un professionnel (un commerçant ou un artisan par exemple).

    Exemple

    Un artisan doit réaliser des travaux chez un particulier pour un montant de 6 000 € . Le particulier verse un acompte de 600 € à l’artisan, mais ce dernier ne vient pas réaliser les travaux dans les délais. Le particulier peut alors saisir le tribunal pour se faire rembourser l’acompte.

    À savoir

    le demandeur ou le défendeur en justice peut être une association.

    Le tribunal de proximité est compétent lorsque le montant des demandes est inférieur ou égal à 10 000 € .

    Si vous ne pouvez pas chiffrer la valeur du litige (par exemple si vous demandez l’annulation d’un contrat), vous devez saisir le tribunal judiciaire avec un avocat.

    Le tribunal de proximité peut se voir confier par la cour d’appel dont il dépend, certains litiges habituellement confiés au tribunal judiciaire.

    À noter

    pour un litige portant sur un bail d’habitation ou à un crédit à la consommation, c’est le juge des contentieux de la protection qui doit être saisi.

    Le tribunal compétent est celui du domicile de votre adversaire.

    Si votre adversaire n’a pas de domicile ni de résidence connus, vous pouvez saisir le tribunal de votre domicile (ou celui de votre choix si vous résidez à l’étranger).

    Où s’adresser ?

     Tribunal judiciaire 

      Pour un litige en matière d’achats de biens, vous pouvez saisir le tribunal du lieu où se trouve le commerçant .

      Pour un litige en matière de prestations de service (par exemple avec un service d’aide à la personne), vous pouvez saisir le tribunal du lieu où se trouve le prestataire.

      Vous pouvez aussi saisir le tribunal du lieu où a été effectué l’achat (un salon par exemple) ou celui où sont survenus les faits (votre domicile, votre lieu de vacances…).

      Où s’adresser ?

       Tribunal judiciaire 

        Le tribunal compétent est celui du domicile de l’assuré.

        Où s’adresser ?

         Tribunal judiciaire 

          Le tribunal compétent est celui du domicile de l’assuré ou celui du lieu de l’accident.

          Où s’adresser ?

           Tribunal judiciaire 

            Le tribunal compétent est celui du lieu du bien concerné.

            Où s’adresser ?

             Tribunal judiciaire 

                À savoir

                en raison des règles de compétence territoriale, vous pouvez avoir à saisir le tribunal judiciaire plutôt que le tribunal de proximité.

                Vous devez saisir le tribunal par requête, par assignation ou par requête conjointe.

                Vous pouvez utiliser la requête uniquement lorsque le montant de la demande n’excède pas 5 000 € .

                Pour déterminer la valeur du litige, il faut prendre en compte le montant total des demandes.

                Si vous êtes d’accord avec votre adversaire pour faire trancher votre litige par le tribunal, vous pouvez faire une requête conjointe, même si le montant des demandes excède 5 000 € .

                Sauf motif légitime, la requête doit obligatoirement être précédée d’une tentative de conciliation, de médiation ou d’une procédure participative.

                Vous pouvez préparer la requête vous-même ou bien demander à un avocat de le faire.

                Où s’adresser ?

                 Avocat 

                Vous pouvez utiliser un modèle ou bien la rédiger sur papier libre.

                Vous devez joindre à votre requête les copies de vos pièces justificatives (facture, contrat, devis, preuve de la tentative de conciliation, …).

                Vous pouvez demander que la procédure se déroule sans audience.

                La requête doit comprendre les éléments suivants :

                • Identité complète des parties

                • Tribunal saisi

                • Objet de la demande (dommages-intérêts, remise d’un bien, annulation d’un contrat,…)

                • Motifs du litige

                • Liste des pièces

                Vous devez chiffrer vos demandes ( 100 € de dommages-intérêts par exemple).

                La requête doit être datée et signée.

                À savoir

                il est possible de solliciter une somme correspondant aux frais que vous avez dû engager pour la procédure (frais de déplacement, timbres,…).

                La requête complétée doit être déposée ou transmise par courrier au greffe du tribunal compétent.

                Une fois que la requête est transmise ou déposée, vous êtes avisé par le tribunal des lieu, jour et heure d’audience. Votre adversaire est convoqué par lettre recommandée avec avis de réception.

                  Vous pouvez saisir le tribunal en faisant délivrer à votre adversaire une assignation par un commissaire de justice (anciennement huissier de justice et commissaire-priseur judiciaire).

                  Votre assignation doit comporter des mentions obligatoires :

                  • Désignation du tribunal compétent

                  • Lieu, jour et heure de l’audience (informations que vous devez obtenir auprès du tribunal)

                  • Objet de la demande (dommages-intérêts, remise d’un bien, annulation d’un contrat…)

                  • Identité complète des parties

                  • Motifs du litige

                  • Liste des pièces

                  • Démarche amiable tentée pour parvenir à la résolution préalable du litige

                  • Mode de comparution de votre adversaire devant la juridiction, c’est-à-dire s’il doit prendre un avocat, dans quel délai, …

                  • Conséquences en cas de non comparution de votre adversaire

                  Vous devez chiffrer vos demandes ( 100 € de dommages-intérêts par exemple).

                  L’assignation constitue vos conclusions , c’est-à-dire vos demandes et vos arguments.

                  À savoir

                  dans votre demande, il est possible de réclamer une somme correspondant aux frais que vous avez dû engager pour la procédure (frais de déplacement, timbres, …).

                  L’assignation peut être rédigée par un avocat.

                  Où s’adresser ?

                   Avocat 

                  Vous pouvez demander dans votre assignation que la procédure se déroule sans audience.

                  L’assignation doit être déposée au tribunal judiciaire au moins 15 jours avant la date d’audience.

                  Si la date d’audience a été communiquée par voie électronique, l’assignation doit être déposée dans le délai de 2 mois à compter de cette communication.

                  Le non respect des délais entraîne la caducité de l’assignation, c’est-à-dire que l’assignation est nulle et que vous devez en refaire une nouvelle.

                    En accord avec votre adversaire, vous pouvez saisir le tribunal par la remise au greffe d’une requête conjointe.

                    Cette requête, signée conjointement par les parties, doit indiquer les points d’accord et les points de désaccord.

                    La requête doit comprendre les éléments suivants :

                    • Identité complète des parties

                    • Tribunal saisi

                    • Objet de la demande (dommages-intérêts, remise d’un bien, annulation d’un contrat…)

                    • Motifs du litige

                    • Liste des pièces

                    Elle doit être datée et signée.

                    À noter

                    la procédure peut se dérouler sans audience. Dans ce cas, la requête conjointe doit comporter l’accord des demandeurs.

                      À savoir

                      pour obtenir en urgence des mesures provisoires, en attendant le procès principal, vous pouvez utiliser une procédure en référé.

                      La procédure en elle-même est gratuite.

                      Les autres frais (avocat, commissaire de justice (anciennement huissier de justice et commissaire-priseur judiciaire)….) sont à votre charge. Si vos ressources sont insuffisantes, vous pouvez bénéficier de l’aide juridictionnelle pour prendre en charge tout ou partie de ces frais.

                      À noter

                      si vous perdez votre affaire, vous êtes en principe condamné à rembourser les frais du procès à votre adversaire. C’est ce qu’on appelle les dépens .

                    Ce contenu vous a-t-il été utile ?